Wraps apéritif

Ces wraps n’en sont pas vraiment, pas de tortilla, mais pour l’apéritif, on gagne en légèreté. A la fois fondants et croquants, ils sont très frais.
Pour une dizaine de wraps :
10 tranches très fines de viande des Grisons
1 radis noir
75 g de chèvre frais
1 à 2 CS de crème liquide
quelques feuilles de menthe (les dernières du jardin)
un peu de mâche

Ecraser le chèvre à la fourchette avec la menthe ciselée, détendre avec un peu de crème liquide pour pouvoir l’étaler plus facilement.
Peler le radis noir, le couper en deux dans la longueur, puis couper en tranches très fines à l’économe ou au rasoir à légume.
Couvrir chaque tranche de viande des Grisons de 2 lamelles de radis noir, y étaler le mélange chèvre-crème, puis déposer 2 feuilles de mâche.

 

 

 

 

 

 

 

Rouler et maintenir avec une pique en bois.

Salade roquette, picodon et noisettes

Ces petites tartines accompagnées de salade ont constitué notre repas du soir.
Les picodons ne sont pas servis chauds, il faut donc les choisir bien souples.

Salade roquette, picodon et noisettes

Pour 2 assiettes :
4 tranches de pain aux céréales
2 tranches très fines de jambon cru
4 CC d’oignon confit
2 picodons
10 noisettes
huile de noisette
huile d’arachide
vinaigre de vin blanc
salade
sel, poivre

Préparer une vinaigrette avec le vinaigre, sel, poivre et autant d’huile de noisette que d’huile d’arachide, assaisonner la salade, répartir dans les assiettes.
Déchirer le jambon cru avec les mains et l’ajouter sur la salade.
Couper les picodons en deux dans l’épaisseur, concasser grossièrement les noisettes au couteau.
Faire griller le pain, y étaler le confit d’oignon, ajouter un demi-chèvre.
Poser les tartines sur la salade, parsemer de noisettes et verser un filet d’huile de noisette sur les fromages.

Râble de lapin au chèvre et aux olives d’après Guy Martin

Voilà cette autre recette de Guy Martin dont je vous parlais dernièrement.
J’aime tout particulièrement cuisiner le râble de lapin de cette manière.
J’aime le désosser : ce n’est pas difficile, seulement un peu minutieux ; il faut prendre son temps et être bien attentionné, c’est tout. Et à la dégustation, la chair du râble est vraiment moelleuse ! Ici, elle est parfumée avec des olives et du chèvre : c’est délicieux.
J’ai apporté quelques petites modifications à la recette d’origine : j’ai remplacé les pousses d’épinard par des feuilles de blette, j’ai un peu prolongé la cuisson du lapin et j’ai accompagné d’un petit jus fait avec les os du râble pendant la cuisson du rôti.Râble de lapin au chèvre et aux olives

Pour 2 personnes :
1 râble de lapin
1/2 chèvre en bûche (St-Maure pour moi)
une douzaine d’olives vertes
3 belles feuilles de blettes
garniture aromatique (oignon, carotte, bouquet garni)
huile d’olive
sel, poivre

Détacher les rognons du râble, les dégraisser et les couper en deux.
Désosser le râble : avec un petit couteau bien aiguisé, détacher progressivement la chair en partant du milieu intérieur et en longeant les os sans séparer les deux côtés, réserver.
Préparer le jus de lapin : faire colorer la garniture aromatique et les os avec un peu d‘huile. Couvrir à hauteur d’eau et porter à petite ébullition sans couvrir le temps de préparer la suite. Saler et poivrer en fin de cuisson.
Oter la partie centrale des feuilles de blettes, les laver, les égoutter et les hacher grossièrement.
Les faire revenir quelques minutes dans une poêle avec un peu d’huile.
Etaler le râble sur une planche, saler, poivrer, couvrir des feuilles de blettes.
Déposer un beau morceau de fromage de chèvre taillé dans la longueur de la bûche, puis les olives dénoyautées et coupées en deux et enfin les rognons.
Rouler le râble en enfermant au mieux la garniture et ficeler.
Faire revenir le râble dans une petite cocotte avec de l’huile, bien colorer toutes les faces. Couvrir et cuire à feu doux 25 min (15 min dans la recette d’origine), retourner à mi-cuisson.
Laisser reposer quelques minutes hors du feu, puis ôter la ficelle et découper le râble en tranches.
Servir avec une purée de pommes de terre, le jus de lapin filtré et éventuellement le jus de cuisson du râble.

Oeufs au plat et tomates farcies au fromage frais

Quand on ne sait pas quoi faire pour le dîner, les oeufs au plat sont une valeur sûre : on en a toujours sous la main, c’est bon et vite fait. En voici une version au four, un peu plus longue, mais avec des ingrédients très basiques. J’avais trouvé cette recette dans un magazine et je la prépare à chaque fois différemment selon ce que j’ai sous la main. Ici j’ai utilisé les restes du  mélange ricotta-chèvre et du crumble préparés pour le Crumble de poireaux au chèvre.
J’ai utilisé un plat pour deux, mais l’idéal serait d’avoir des plats individuels.

Oeufs au plat et tomates farcies au fromage frais

Pour 2 personnes :

2 belles tomates
4 oeufs
150 g garniture pour les tomates : ricotta, chèvre frais ou mélange des deux + herbes (ciboulette, ail des ours, …)
chapelure ou crumble
huile d’olive
sel, poivre

Laver les tomates, les couper en deux, éliminer les pépins, saler, poivrer.
Disposer les tomates dans un petit plat à four huilé ou dans des plats individuels.
Cuire à 160° pendant 15 min.
Mélanger fromage frais, herbes et sel. Garnir les tomates et remettre au four pour 5 min.
Casser les oeufs au fond du plat, parsemer les tomates de chapelure ou de crumble et remettre au four jusqu’à ce que le blanc des oeufs soit pris (10 à 15 min), surveiller.

Crumble de poireaux au chèvre

C’est dans un numéro de Cuisine et Vins de France que j’ai trouvé l’inspiration pour ce crumble, mais j’ai modifié la préparation au fromage et la pâte à crumble, voici donc ma version.
C’est un petit plat bien moelleux à l’intérieur, craquant sur le dessus et très goûteux. Bon, il faut tout de même aimer les poireaux …

Crumble de poireaux ricotta et chèvre


Pour 2 personnes :

3 blancs de poireaux
150 g de fromage de chèvre frais
150 g de ricotta
5 cL de crème liquide
ciboulette ou autre (j’ai mis de l’ail des ours que j’avais au congélateur)
beurre
sel, poivre

pour le crumble :
20 g de parmesan
20 g de beurre froid
20 g de graines de sésame
20 g de flocons d’avoine

Couper les blancs de poireaux en julienne, puis les faire revenir à feu doux dans une noix de beurre jusqu’à ce qu’ils soient fondants.
Mélanger le fromage de chèvre, la ricotta, la crème et les herbes, assaisonner de sel et poivre.
Mélanger tous les ingrédients du crumble de sorte à obtenir une consistance sableuse.
Disposer dans deux plats à four individuels, une couche de poireaux, puis une couche de préparation au fromage et enfin le crumble.
Mettre au four préchauffé à 180°C pendant 20 min.

Il m’est resté du mélange ricotta-chèvre et du crumble, que j’ai réutilisés avec des tomates au four (recette à venir)

Verrines chèvre et ail des ours

Je poursuis mes essais avec l’ail des ours : après le pesto, j’ai préparé comme ici de la ricotta à l’ail des ours pour en farcir de petites tomates à déguster crues, c’est très frais, tout comme cette verrine, inspirée par une recette de CVF, à base de persil et ciboulette, que j’ai bien sûr remplacé par ces feuilles au goût aillé.

Verrines chèvre et ail des ours


Pour 2 verrines :

100 g de chèvre frais (petit Billy)
environ 2 CS de feuilles d’ail des ours lavées, séchées et hachées
1/4 tomate
2 CS de crème liquide
1 CS d’huile d’olive
sel, poivre

Prélever 1/2 CS d’ail des ours haché, ajouter l’huile d’olive, bien mélanger et réserver.
Fouetter la crème liquide pour la rendre mousseuse tout en incorporant 1/2 CS d’herbes hachées.
Mélanger la moitié du chèvre avec le reste d’ail des ours, détendre avec un peu d’eau ou de lait.
Assaisonner l’autre part de chèvre avec sel et poivre, détendre également.
Couper la tomate en très petits dés.

Monter les verrines : d’abord le chèvre nature, puis un peu d’huile parfumée à l’ail des ours, le chèvre aux herbes, les dés de tomate, la crème à l’ail des ours et enfin le reste d’huile .
Servir bien frais.

Bien plonger la cuillère jusqu’au fond pour avoir un peu de chaque couche à chaque bouchée, et équilibrer les saveurs.

Cannelloni ratatouille et chèvre

Voici un plat très savoureux et relativement léger, à faire rapidement avant que la saison de ces légumes d’été ne se termine.
La ratatouille peut être préparée à l’avance ou on peut utiliser un reste, mais il vaut mieux que les légumes soient coupés en petits dés pour rouler la pâte plus facilement et ne pas avoir des cannelloni trop gros, ils sont déjà de belle taille.

Cannelloni ratatouille et chèvre


Pour 6 cannelloni (3 à 4 personnes) :

6 feuilles à lasagnes fraîches
1/2 poivron rouge
2 oignons
1 petite courgette
1 petite aubergine
1 tomate
1 gousse d’ail
10 cL de crème liquide
90 g de chèvre frais
parmesan fraîchement râpé
huile d’olive
sel, poivre
thym
basilic

Préparer la ratatouille :
Peler et émincer les oignons, couper poivron, aubergine et courgette en petits dés. Peler et épépiner la tomate, la couper en dés.
Faire revenir séparément oignon, poivron, aubergine et courgette, puis les réunir dans une casserole avec les dés de tomate, assaisonner avec sel, poivre et  thym. Cuire quelques minutes à découvert pour évaporer le jus rendu par la tomate.
Chauffer la crème, ajouter le chèvre en morceaux et laisser cuire doucement en mélangeant de temps en temps pour homogénéiser. La préparation devient liquide, continuer à cuire à petite ébullition pour faire épaissir un peu. Ajouter à la ratatouille.
Cuire les lasagnes à l’eau bouillante salée pendant 5 à 6 min.
Déposer les feuilles sur un plan de travail, y étaler la ratatouille au chèvre, puis rouler pour former les cannelloni.
Les déposer dans un plat à four huilé, saupoudrer de parmesan râpé et verser un filet d’huile d’olive.
Ajouter un demi-verre d’eau dans le fond du plat et cuire au four à 200°C pendant 10 à 15 min.
Parsemer le plat de basilic ciselé et servir avec une concassée de tomates.

Tarte ricotta, chèvre et olives

Cette tarte est composée d’ingrédients classiques, mais elle est confectionnée de manière particulière : la ricotta n’est pas mélangée aux oeufs, on en répartit des noix sur la surface, ce qui donne à la garniture une consistance très agréable, très fondante et moelleuse, rien à voir avec l’appareil à quiche.

La recette est inspirée du livre “Recettes d’été” chez Marabout.

Tarte ricotta, chèvre et olives

Pour 4 personnes :

100 g de farine
4 cL d’huile d’olive
2 à 3 CS d’eau froide
1 pincée de sel

2 oignons
100 g de ricotta
100 g de fromage de chèvre affiné
12 olives noires
2 oeufs
40 g de crème liquide
thym
sel, poivre
huile d’olive

Préparer la pâte : mélanger le sel à la farine, faire un puits et y
verser l’huile. Mélanger progressivement l’huile à la farine pour
obtenir une consistance sableuse.
Incorporer peu à peu l’eau froide, puis former une boule et laisser reposer le temps de préparer la garniture.

Peler et émincer les oignons, les laisser fondre à feu doux dans un peu d’huile d’olive pendant une vingtaine de minutes.
Ajouter sel, poivre et la moitié du thym effeuillé. Laisser tiédir.
Etaler la pâte en formant un disque, déposer sur une feuille de papier cuisson.(ou plus simplement, foncer un moule à tarte)
Disposer sur la pâte les oignons, le chèvre coupé en dés et de petites noix de ricotta.
Dénoyauter les olives, les couper en 4, les ajouter sur la garniture et parsemer du reste de thym.
Battre les oeufs avec la crème, rabattre les bords de la pâte sur la garniture et y verser le mélange oeufs-crème.
Faire cuire au four préchauffé à 180°C pendant 30 min.

Flan de carottes au gingembre

Voici un petit plat léger et très parfumé qui accompagnera bien une grillade ou une viande poêlée.
De la douceur avec la carotte et l’amande (discrète) qui s’oppose aux saveurs plus affirmées du gingembre et du chèvre. Une association bien agréable.
La sauce est très rapide à faire, je n’ai pas indiqué de quantités,
c’est selon les goûts, si l’on veut que le fromage soit très présent ou
non et selon la gourmandise de chacun ! On peut également se passer de
sauce…

Flan de carottes au gingembre


Pour deux grands ramequins :

4 carottes moyennes
30 g amandes en poudre
100 g de ricotta
1 oeuf
1 CC de gingembre frais râpé
persil

pour la sauce :
fromage de chèvre peu affiné
crème liquide
feuilles de sauge

Peler les carottes,laver, couper en morceaux et cuire à la vapeur ou à l’eau bouillante salée.
Les égoutter et les écraser en purée.
Ajouter la poudre d’amandes, la ricotta, l’oeuf battu, le gingembre râpé et le persil haché.
Bien mélanger.
Mettre la préparation dans de petits plats à four et cuire au four et au bain-marie 30 min à 180°C.

Pour la sauce, faire fondre à feu doux le chèvre avec un peu de crème, fouetter pour homogénéiser, porter à ébullition et ajuster la consistance en rajoutant de la crème. Ajouter les feuilles de sauge ciselées.

Filet mignon de porc au miel, citron et sésame

Le porc se prête délicieusement bien à cette association sucré-salé, de saveur délicate et raffinée. C’est un plat simple et vite fait, la sauce peut même être préparée à l’avance et réchauffée, il restera à enfourner le filet un peu avant de servir

Filet mignon de porc au miel, citron et sésame

 

Pour 3 à 4 personnes :

1 filet mignon de porc (  600/700 g )
2 citrons
150 g de crème liquide
3 CS miel liquide
2 CS graines sésame blanc
15 branches romarin
40 g chèvre affiné

Laver, effeuiller et hacher le romarin.
Dans un bol, mélanger le romarin avec le miel et le sésame et juste un peu du jus de citron pour détendre.
Badigeonner le filet mignon avec le mélange.
Déposer le filet dans un plat et faire cuire
au four à 220 °C pendant ¼ h, retourner le filet, laisser cuire encore 5 min. Surveiller
la caramélisation.
Au bout des 20 min, ajouter le jus de citron, couvrir
d’une feuille d’alu, baisser la température du four à 180 °C et poursuivre la
cuisson pendant 15 à 20 min.
Pendant la cuisson du filet, préparer la sauce : couper
en morceaux le chèvre, ajouter à la crème. Porter à
petite ébullition, fouetter pour homogénéiser. Maintenir au chaud.
Le filet étant cuit, le laisser reposer au chaud sous alu,
récupérer le jus et l’ajouter à la sauce, déglacer le plat de cuisson avec le
jus du 2è citron, ajouter à la sauce. Laisser bouillir un peu jusqu’à
bonne consistance.
Découper le filet, servir avec du riz basmati et la sauce.

Accompagner d’endives caramélisées : émincer les endives, les cuire à feu vif dans un peu de beurre et faire caraméliser en fin de cuisson avec 1CS de sucre roux.

Très bien aussi avec des asperges sauvages  dont c’est bientôt la saison : raccourcir les queues, les cuire 4 min à la poêle, en réserver un peu pour la déco et ajouter les pointes des autres à la sauce.

Vin : rouge : Ladoix : pas mal

        blanc : Meursault : accord parfait à notre goût