Wraps apéritif

Ces wraps n’en sont pas vraiment, pas de tortilla, mais pour l’apéritif, on gagne en légèreté. A la fois fondants et croquants, ils sont très frais.
Pour une dizaine de wraps :
10 tranches très fines de viande des Grisons
1 radis noir
75 g de chèvre frais
1 à 2 CS de crème liquide
quelques feuilles de menthe (les dernières du jardin)
un peu de mâche

Ecraser le chèvre à la fourchette avec la menthe ciselée, détendre avec un peu de crème liquide pour pouvoir l’étaler plus facilement.
Peler le radis noir, le couper en deux dans la longueur, puis couper en tranches très fines à l’économe ou au rasoir à légume.
Couvrir chaque tranche de viande des Grisons de 2 lamelles de radis noir, y étaler le mélange chèvre-crème, puis déposer 2 feuilles de mâche.

 

 

 

 

 

 

 

Rouler et maintenir avec une pique en bois.

Mini-tartelettes courgettes et parmesan

Le retour des vacances est une période propice aux apéros, voici de petites bouchées légères, plusieurs fois réalisées cet été avec toujours beaucoup de succès. A préparer à l’avance et à déguster froides.
La pâte à tarte que j’ai utilisée se prépare 1 h avant utilisation, une pâte brisée du commerce conviendra aussi.

Mini-tartelettes courgettes et parmesan

pour une trentaine de tartelettes :

Préparation de la pâte à tarte  :

200 g de farine
80 g de beurre
1/2 verre d’eau tiède
1 sachet de levure de boulangerie déshydratée
1 oeuf
1 pincée de sel

Délayer la levure dans l’eau tiède.
Mélanger farine, sel et beurre en frottant les paumes de la main.
Ajouter la levure, pétrir vivement la pâte.
Ajouter l’oeuf battu, pétrir encore.
Au cas où la pâte serait encore collante, ajouter de la farine, mais très peu.
Laisser reposer au frais pendant au moins 1 h.

Cette pâte se prépare très bien aussi au robot.

Préparation de la garniture :

4 courgettes moyennes
1 oignon
50 g de parmesan fraîchement râpé
2 CS de crème liquide
thym
huile d’olive
sel, poivre

Emincer l’oignon, le faire revenir dans une casserole avec un peu d’huile d’olive.
Râper les courgettes sans les peler, ajouter à l’oignon, saler (peu à cause du parmesan), poivrer, effeuiller le thym. Cuire à feu doux pendant 15 à 20 min sans couvrir et en remuant de temps en temps, toute l’eau des courgettes doit être évaporée.
Ajouter la crème et le parmesan, cuire encore 5 min, vérifier l’assaisonnement et réserver.
Etaler la pâte et y découper 30 disques à l’emporte-pièces, garnir les empreintes d’un moule en silicone et répartir la préparation aux courgettes.
Cuire au four préchauffé à 200 °C pendant 20 min, laisser refroidir puis démouler.

Il me reste souvent un peu de garniture : s’il reste de la pâte, je fais d’autres tartelettes, sinon, j’ajoute 1 jaune d’oeuf et je cuis au four pour en faire un flan.

Panacotta betterave-gingembre

Cette verrine apéritive m’a été inspirée par une recette du magazine Saveurs, mais la première fois que je l’ai réalisée, j’ai été très déçue par le résultat visuel : en chauffant la crème avec la betterave mixée, la belle couleur rose de la betterave a viré au brun. Je l’ai refaite à ma façon et cette fois la panacotta a un aspect beaucoup plus sympathique.
Côté dégustation : une crème bien onctueuse, peu gélifiée au goût très doux discrètement relevé par le gingembre.

Panacotta betterave-gingembre

Pour 8 verrines :
1 betterave rouge cuite de taille moyenne (environ 200 g)
15 cL de crème liquide
5 cL de lait
1 feuille de gélatine
1/2 CC de gingembre frais râpé
huile d’olive
vinaigre balsamique
sel, poivre

Faire tremper la gélatine dans l’eau froide.
Peler la betterave, en mixer 150 g avec le lait, sel et poivre.
Couper le reste en petits dés, assaisonner de sel, poivre, huile, vinaigre balsamique et gingembre râpé, réserver au frais.
Faire bouillir la crème pendant 2 à 3 min, incorporer la gélatine essorée et laisser tiédir.
Ajouter la betterave mixée à la crème, bien mélanger, vérifier l’assaisonnement, répartir dans des verrines et réserver au frais.
Quand la panacotta est prise, ajouter les dés de betterave par dessus et parsemer de ciboulette ou autre.

Ces verrines peuvent être préparées la veille.

Cuillères apéritives : foie gras poêlé aux clémentines

Voilà les amuse-bouche que j’ai proposés pour l’apéritif du jour de l’an.
Déjà testées à plusieurs reprises, ces  bouchées raffinées ont beaucoup de succès et sont vite englouties.
La préparation est simple et rapide, la sauce peut  même se préparer à l’avance, il suffira de la réchauffer le temps de cuire le foie gras.

Cuillères apéritives :  foie gras poêlé aux clémentines

Pour 12 cuillères :
2 tranches de foie gras cru surgelé
4 clémentines
2 CC de vinaigre balsamique
sel fin, fleur de sel

Râper le zeste d’une clémentine, en prélever les quartiers et les couper en 2.
Presser le jus des autres clémentines, ajouter le vinaigre balsamique et faire bouillir pour réduire un peu, saler.
Réchauffer dans la sauce les quartiers de clémentine.
Poêler à feu vif les tranches de foie gras encore gelées 30 s de chaque côté, puis à feu moyen 1 min de chaque côté, saler, poivrer et couper chaque tranche en 6 morceaux.
Dans chaque cuillère disposer un morceau de foie gras, un quartier de clémentine et un peu de sauce.
Parsemer de zeste râpé et de fleur de sel.
Servir rapidement.

Tartines saumon fumé, avocat et pamplemousse

En fonction de leur taille, ces tartines pourront faire office d’amuse-bouche, d’entrée ou de repas du soir. Elles sont agrémentées d’une sauce bien relevée par la moutarde et le jus de pamplemousse et qui va très bien avec la garniture des tartines.
Recette inspirée du magazine Cuisine et Vins de France.

Tartines saumon fumé, avocat et pamplemousse.

Pour 4 petites tartines :
4 tranches fines de bon pain (aux céréales pour moi)
4 tranches de saumon fumé
1 avocat
1/2 citron vert
1 CC de coriandre hachée
1 pamplemousse
1 CC de moutarde
2 CS de crème
sel, poivre

Peler l’avocat, couper la chair en lamelles, ajouter le jus de citron vert et la coriandre, mélanger et réserver.
Peler à vif le pamplemousse, prélever les quartiers en glissant la lame d’un couteau le long des peaux, récupérer le jus.
Préparer la sauce : mélanger la moutarde avec 1 CS de jus de pamplemousse, sel et poivre. Ajouter la crème et bien fouetter pour obtenir une sauce onctueuse.
Dans les tranches de saumon, découper 4 morceaux de la forme des tranches de pain.
Tartiner chaque tranche de pain de sauce, superposer des chutes de saumon, des lamelles d’avocat, une découpe de saumon,un peu d’avocat et enfin quelques quartiers de pamplemousse.
Servir bien frais avec le reste de sauce.

Verrine guacamole et surimi

Voici une idée d’amuse-bouche pour les fêtes pas bien compliqué à préparer, rapide et délicieux.

Verrine guacamole et surimi.

Pour 4 verrines :
2 avocats mûrs
1/2 citron vert
8 bâtonnets de surimi ou du surimi râpé ou, mieux, de la chair de crabe
piment en poudre
sel, poivre
1 pot d’oeufs de saumon

Peler les avocats et écraser la chair à la fourchette avec le jus du citron vert.
Assaisonner de sel, poivre et piment, réserver.
Hacher au couteau les bâtonnets de surimi et les disposer au fond des verrines.
Ajouter le guacamole sur le surimi, puis un peu d’oeufs de saumon.
Réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Mini-cannelés de polenta à l’ail des ours

Voilà une petite improvisation que j’ai préparée pour terminer un pesto à l’ail des ours, fait maison. Ces petits cannelés peuvent accompagner une viande ou même être servis à l’apéritif, chauds ou froids.

Mini-cannelés de polenta à l’ail des ours


Pour une quinzaine de cannelés :
50 g de polenta (semoule de maïs)
2 CS de pesto à l’ail des ours (recette ici)
sel
1/4 L d’eau

Préparer la polenta : faire bouillir l’eau additionnée de sel.
Verser la polenta en pluie tout en mélangeant.
Cuire à feu doux pendant 5 min en remuant constamment.
Ajouter 1 CS de pesto à l’ail des ours en fin de cuisson.
Répartir la préparation dans un moule silicone à mini-cannelés et bien laisser refroidir (1 h min).
Démouler les mini-cannelés et les passer quelques minutes au four s’ils sont servis chauds.
Répartir un peu de pesto dans le creux des mini-cannelés et servir.

Verrines chèvre et ail des ours

Je poursuis mes essais avec l’ail des ours : après le pesto, j’ai préparé comme ici de la ricotta à l’ail des ours pour en farcir de petites tomates à déguster crues, c’est très frais, tout comme cette verrine, inspirée par une recette de CVF, à base de persil et ciboulette, que j’ai bien sûr remplacé par ces feuilles au goût aillé.

Verrines chèvre et ail des ours


Pour 2 verrines :

100 g de chèvre frais (petit Billy)
environ 2 CS de feuilles d’ail des ours lavées, séchées et hachées
1/4 tomate
2 CS de crème liquide
1 CS d’huile d’olive
sel, poivre

Prélever 1/2 CS d’ail des ours haché, ajouter l’huile d’olive, bien mélanger et réserver.
Fouetter la crème liquide pour la rendre mousseuse tout en incorporant 1/2 CS d’herbes hachées.
Mélanger la moitié du chèvre avec le reste d’ail des ours, détendre avec un peu d’eau ou de lait.
Assaisonner l’autre part de chèvre avec sel et poivre, détendre également.
Couper la tomate en très petits dés.

Monter les verrines : d’abord le chèvre nature, puis un peu d’huile parfumée à l’ail des ours, le chèvre aux herbes, les dés de tomate, la crème à l’ail des ours et enfin le reste d’huile .
Servir bien frais.

Bien plonger la cuillère jusqu’au fond pour avoir un peu de chaque couche à chaque bouchée, et équilibrer les saveurs.

A l’apéritif

Voici les mises en bouche que j’ai proposées pour notre réveillon de Noël. Les bouchées au boudin ont particulièrement été appréciées et vite englouties ! Mais il n’est rien resté des autres non plus !

Tout d’abord, facile et vite fait,

des palmiers salés à la sauce aux poivrons ou à la tapenade


Dérouler une pâte feuilletée, l’étaler un peu plus pour obtenir un rectangle.
Etaler la préparation de votre choix. Rouler chaque moitié de la pâte vers le milieu, placer au congélateur 1/4 h à 1/2 h.
Découper en tranches de 5 à 10 mm et déposer sur une feuille de papier cuisson. Parsemer de fleur de sel.
Cuire au four 200°C pendant 10 à 15 min.

Tout aussi facile, l’important étant d’avoir du boudin de bonne qualité :

des mini-tartines de boudin noir et blanc à la moutarde

Oter la peau des boudins, couper en rondelles de 5 mm d’épaisseur.
Sur des petits carrés de pain de mie (nature ou aux céréales),
– étaler de la moutarde (type fins gourmets de Maille), déposer une rondelle de boudin blanc, puis parsemer de parmesan râpé.
– étaler de la moutarde violette (moutarde au moût de raisin), puis déposer une rondelle de boudin noir.
Passer au four à 200°C une dizaine de minutes.

Plus délicat,

des cornets de saumon fumé au mascarpone et à l’aneth


Les cornets sont à base de feuilles de brick. J’ai suivi la recette de Mercotte. J’ai eu un peu de casse au démoulage, il vaut mieux en prévoir plus dès le départ.

Découper des carrés de 8 * 8 cm dans les feuilles de brick, les badigeonner au pinceau d’un mélange de beurre fondu et d’huile et enrouler sur des cônes métalliques. Déposer sur une feuille de papier cuisson et cuire au four à 200°C jusqu’à coloration. Dès que possible, démouler avec précaution.

Pour la garniture de 10 cornets, j’ai mélangé à l’avance 2 tranches de saumon fumé coupé en petits dés avec 70 g de mascarpone, 1CS de whisky et et de l’aneth ciselé.
Ajouter 1/2 blanc d’oeuf battu en neige.
Garnir les cornets au moment de servir, décorer avec de l’aneth et des baies roses.

Amuse-bouche potimarron au parmesan et panacotta aux noix

C’est grâce à Sacha et son Journal gourmand que je vous propose aujourd’hui cette recette.
J’avais réalisé son gratin de potimarron au parmesan et comme il en restait, le lendemain je l’ai grignoté encore froid et je l’ai trouvé tout aussi bon. J’en ai refait, que j’ai découpé en petits cubes après l’avoir recouvert d’une panacotta aux noix.
Ces bouchées sont fondantes et délicieuses pour l’apéro.

Amuse-bouche potimarron au parmesan et panacotta aux noix

Pour le gratin :
200 g de pulpe de potimarron
10 cL de lait
1 CC de fécule de maïs
1 oeuf
sel, poivre
parmesan fraîchement râpé

Pour la panacotta :
10 cL de mélange lait + crème (5 + 5)
1/2 feuille de gélatine
4 noix

Réduire les cerneaux de noix en poudre, ajouter au lait chaud (5cL) et laisser infuser.

Préparer le gratin :
Verser les 3/4 du lait dans une casserole, ajouter les dés de potimarron , saler, poivrer et laisser cuire à couvert environ 10 min en remuant de temps en temps, la chair doit être tendre.
Mixer le contenu de la casserole.
Ajouter la fécule au reste du lait, mélanger, ajouter l’oeuf, fouetter, ajouter la purée de potimarron et un peu de parmesan, bien mélanger.
Beurrer les parois d’un cercle métallique (un “cercle” carré serait plus pratique pour le découpage après cuisson), l’envelopper dans du film étirable,
puis dans l’alu de sorte à y verser la préparation. Parsemer de parmesan râpé et cuire au four préchauffé à 200°C pendant 20 min.
Laisser refroidir.

Préparer la panacotta :
Faire tremper la gélatine dans un bol d’eau froide.
Ajouter la crème au mélange lait + noix infusé, saler et faire tiédir.
Y dissoudre la gélatine essorée et verser au-dessus du gratin de potimarron, laisser prendre au frais jusqu’au lendemain.

Démouler délicatement et couper en cubes.