Gambas poêlées gingembre et coriandre

Les gambas sont ici servies dans un petit jus bien parfumé, elles peuvent être présentées en entrée ou en plat. Dans ce dernier cas, on peut les accompagner de riz.
La préparation est rapide si on dispose de fumet déjà prêt (j’ai toujours une réserve au congélateur),  et en achetant des gambas déjà décortiquées, ce sera encore plus rapide.
Gambas poêlées gingembre et coriandre

Pour 2 personnes :
400 g de gambas
1 CS de sauce soja
1 CS de vinaigre
1 à 2 CC de gingembre frais râpé
1/2 courgette
1 tomate
coriandre ciselée
huile d’olive

Pour le fumet :
1 oignon
1 carotte
branches de thym, laurier, brins de persil, vert de poireau

Détacher les têtes des gambas, décortiquer les queues, les mettre dans un plat avec        1 CS d’huile et la moitié du gingembre, mélanger et laisser mariner au frais.
Pendant ce temps, préparer le fumet : faire revenir les têtes des gambas dans un peu d’huile, avec l’oignon haché, ajouter la carotte en dés, thym, laurier, persil, poireau et mouiller à hauteur avec de l’eau froide. Laisser frémir 20 min, puis chinoiser.
Dans une petite casserole, faire chauffer le vinaigre et la sauce soja, faire bouillir quelques instants, ajouter 15 cL de fumet (congeler le reste), laisser réduire environ 1/4h.
Laver la courgette, la couper en petits cubes et la cuire à l’eau bouillante salée 3 min. Egoutter et rafraîchir.
Plonger la tomate dans l’eau bouillante 1 min, la rafraîchir, puis la peler, la couper en 2 et presser pour éliminer le jus et les pépins. Couper la chair en dés.
Poêler les gambas à feu vif 4 à 5 minutes, ajouter la courgette, les dés de tomate, le reste du gingembre, la coriandre et le fumet réduit.
Chauffer 1 min, vérifier l’assaisonnement et servir.

Papillote de mulet, banane rôtie au gingembre et citron vert

J’ai trouvé cette association très curieuse en feuilletant un numéro du magazine Thuriès, mais j’ai eu envie de tester.
J’ai remplacé la liqueur de banane que je n’avais pas par du vin blanc moelleux, la mélisse par de la menthe et je n’ai pas mis de carotte (déposée cuite et entière sur le poisson avant cuisson au four).
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la garniture n’est pas du tout sucrée, le gingembre bien présent masquant le goût sucré, mais pas celui de la banane et le tout se marie très bien avec le poisson. Par contre, je n’ai pas senti le goût de la menthe parsemée sur le filet de poisson, peut-être est-ce mieux avec la mélisse ?

Papillote de mulet, banane rôtie au gingembre et citron vert

Pour 2 personnes :
les 2 filets d’un mulet (levés par le poissonnier)
1 banane
1 CC de gingembre frais râpé (10 g)
1 citron vert
5 cL de vin blanc moelleux (Beaumes-de-Venise)
quelques feuilles de menthe
sel
beurre
huile d’olive
1 CS de pignons de pin torréfiés

Peler la banane, la couper en 4 tronçons, puis chaque morceau en 4 dans la longueur.
Faire fondre une noix de beurre, ajouter le gingembre et y rôtir les morceaux de banane à feu assez vif pendant 2 min.
Déglacer avec le jus du citron vert et le vin, cuire à feu vif quelques minutes.

Confectionner deux barquettes de papier cuisson, y déposer de la banane, un filet de mulet, saler, verser un filet d‘huile d’olive et parsemer de menthe ciselée.


Déposer chaque barquette sur une feuille de papier alu et fermer hermétiquement la papillote.
Cuire au four pendant 20 min.
Ouvrir les papillotes, déposer une barquette dans chaque assiette et parsemer de pignons de pin.

Panacotta betterave-gingembre

Cette verrine apéritive m’a été inspirée par une recette du magazine Saveurs, mais la première fois que je l’ai réalisée, j’ai été très déçue par le résultat visuel : en chauffant la crème avec la betterave mixée, la belle couleur rose de la betterave a viré au brun. Je l’ai refaite à ma façon et cette fois la panacotta a un aspect beaucoup plus sympathique.
Côté dégustation : une crème bien onctueuse, peu gélifiée au goût très doux discrètement relevé par le gingembre.

Panacotta betterave-gingembre

Pour 8 verrines :
1 betterave rouge cuite de taille moyenne (environ 200 g)
15 cL de crème liquide
5 cL de lait
1 feuille de gélatine
1/2 CC de gingembre frais râpé
huile d’olive
vinaigre balsamique
sel, poivre

Faire tremper la gélatine dans l’eau froide.
Peler la betterave, en mixer 150 g avec le lait, sel et poivre.
Couper le reste en petits dés, assaisonner de sel, poivre, huile, vinaigre balsamique et gingembre râpé, réserver au frais.
Faire bouillir la crème pendant 2 à 3 min, incorporer la gélatine essorée et laisser tiédir.
Ajouter la betterave mixée à la crème, bien mélanger, vérifier l’assaisonnement, répartir dans des verrines et réserver au frais.
Quand la panacotta est prise, ajouter les dés de betterave par dessus et parsemer de ciboulette ou autre.

Ces verrines peuvent être préparées la veille.

Boulettes poisson-crevettes, sauce curry

C’était au départ une recette de boulettes de crabe, mais que ce soit avec du crabe en conserve de qualité ou du frais, elles en avaient peu le goût, les épices l’emportaient. Elles sont donc devenues des boulettes de poisson. Et puis dernièrement j’avais des crevettes décortiquées surgelées à utiliser, elles sont venues s’ajouter au poisson et contrairement au crabe, leur goût est bien présent. Je les accompagne d’une sauce délicieuse : épicée et piquante, mais pas trop.
Concernant le poisson, pas la peine de se ruiner avec ceux dits “nobles”, les moins chers conviendront bien à cette recette, je choisis donc en fonction des arrivages chez mon poissonnier.

Boulettes poisson-crevettes, sauce curry

Pour 4 personnes ou une vingtaine de boulettes :
300 g de poisson en filet (lieu noir par exemple)
100 g de crevettes cuites décortiquées
1 blanc d’oeuf
10 cL de crème liquide
1 CS de coriandre hachée
jus de citron
sel, poivre
25 g de noix de coco râpée
25 g de pain sec réduit en chapelure
huile

Pour la sauce :
10 cL de lait de coco
1 CC de curcuma
1/2 CC de curry madras (fort)
1 CC de gingembre frais râpé
jus de citron

Mélanger le lait de coco et les épices, ajouter un peu de jus de citron, saler et réserver au frais.
Hacher le poisson et les crevettes, incorporer le blanc d’oeuf, puis ajouter la crème, un filet de jus de citron et la coriandre, saler, poivrer et mélanger longuement pour obtenir un mélange bien homogène.
Mélanger noix de coco et chapelure dans une assiette creuse.
Former des boulettes de la taille d’une noix avec les mains, puis les rouler dans le mélange noix de coco-chapelure.
Faire dorer les boulettes de tous côtés dans une poêle avec l’huile, puis finir de cuire pendant une dizaine de minutes.
Servir bien chaud avec la sauce froide.

Chutney de figues

C’est la fin de saison pour les figues, mais j’en trouve encore un peu sur le marché et j’en profite bien, en les dégustant nature ou en les servant avec une viande : cuisses de canard, rôti de porc ou autre. Je les ai aussi préparées en chutney, qui a accompagné du magret de canard séché sur une tartine (recette à venir).

Pour un petit pot de chutney :
6 figues violettes
4 CS de miel liquide
3 CS de vinaigre de Xérès
1 oignon
1/2 CC de gingembre en poudre
sel, poivre

Cuire dans une petite casserole l’oignon haché avec le miel pendant 10 min.
Ajouter les figues équeutées et coupées en morceaux, le vinaigre, le gingembre, sel et poivre.
Laisser compoter à couvert pendant une quinzaine de minutes. Goûter et rectifier l’assaisonnement si nécessaire.
A conserver en pot fermé au réfrigérateur.

Papillotte de lieu jaune à la mangue

C’est ma période “papillottes” ! Après celle au poulet ici, en voici une au lieu jaune. Je l’avais déjà testée avec du cabillaud : c’est très bien aussi.

La saveur douce de la mangue et de la vanille est discrètement relevée par le gingembre : une belle association avec le poisson.

Papillotte de lieu jaune à la mangue



Pour 2 personnes :

2 pavés de lieu jaune
1 mangue
6 crevettes (Madagascar pour moi)
1 gousse de vanille
1 CC de gingembre frais râpé
1 CS d’huile d’olive

Peler la mangue, puis la couper en fines tranches.
Fendre les gousses de vanille dans la longueur, gratter les graines et les mélanger avec le gingembre râpé et l’huile d’olive.
Etaler un peu de ce mélange sur deux grandes feuilles de papier cuisson, y déposer des lamelles de mangue, puis les pavés de lieu jaune.
Les badigeonner de l’huile parfumée, saler, ajouter les crevettes, les badigeonner aussi d’un peu de l’huile.
Déposer une demi-gousse de vanille précédemment grattée.
Fermer hermétiquement la papillotte et cuire au four préchauffé à 200°C pendant 20 min.

Confiture de rhubarbe, vanille et gingembre

La fin d’année scolaire est toujours une période très chargée, les journées sont bien remplies et trop courtes et je suis trop fatiguée le soir pour venir sur les blogs, y compris le mien. Cette fin de semaine s’annonce tout de même plus calme, j’en profite donc un peu. Voici une confiture qui est une de mes préférées : c’est d’abord l’arôme de vanille que l’on sent même s’il est discret, vient ensuite le mélange rhubarbe-gingembre très agréable.

Confiture de rhubarbe, vanille et gingembre

1 kg de rhubarbe épluchée
700 g de sucre
1 gousse de vanille
15 g de gingembre frais râpé

Couper la rhubarbe en morceaux et laisser macérer avec le sucre quelques heures.
Gratter les graines de la gousse de vanille, puis ajouter graines et gousse de vanille ainsi que le gingembre râpé à la rhubarbe.
Porter à ébullition et cuire 30 min à bon feu.
Vérifier la cuisson en déposant une petite quantité sur une assiette très froide, cuire encore quelques minutes si elle est trop liquide. Oter la gousse de vanille.
Pendant la cuisson, ébouillanter les pots en les plongeant dans l’eau bouillante et en laissant bouillir quelques minutes. Puis, les retourner sur un torchon propre.
Remplir les pots de confiture bouillante et fermer immédiatement.

J’ai essayé également rhubarbe et cardamome  : très bien aussi. J’ai utilisé les graines d’une vingtaine de gousses (pour 1,3 kg de rhubarbe) et je les ai réduites en poudre au moulin à café.

Brochettes de lotte et langoustines à l’ananas, sauce coco-curry

On nous annonce un beau week-end, alors c’est le moment de sortir les
barbecues et de profiter de la terrasse, ça ne va peut-être pas durer…
Voici des brochettes raffinées et pleines de saveur avec leur marinade
épicée. Elles sont vite faites puisque chacun décortiquera ses
langoustines. On peut aussi utiliser de belles crevettes roses à la
place.
Je pensais qu’il y aurait trop de sauce, mais finalement avec le riz en accompagnement, la quantité était bonne.

Brochettes de lotte et langoustines à l’ananas, sauce coco-curry


Pour 2 personnes :
300 g de lotte (poids avec os et parée)
4 langoustines crues
1 tranche épaisse d’ananas frais
20 cL de lait de coco
1 petit oignon
1 citron vert
1 CC de curry
1 petit bouquet de coriandre
3 cm de racine de gingembre
sel, poivre

Préparer la marinade en mélangeant le lait de coco, l’oignon haché, curry, sel, poivre, le jus du citron, la coriandre ciselée et le gingembre râpé.
Ajouter la lotte coupée en gros dés et les queues des langoustines. Laisser macérer au moins 1h.
Couper la tranche d’ananas en cubes et enfiler sur les brochettes en alternant lotte, langoustines et ananas.

Cuire les brochettes au barbecue (très rapide) ou sous le gril du four ( 6 min) en retournant à mi-cuisson.
Porter le liquide de marinade à petite ébullition pendant la cuisson des
brochettes.

Servir les brochettes avec la sauce et du riz basmati.

Dahl

Cette recette d’origine indienne et trouvée dans le magazine “Elle” m’a bien plu et pourtant les lentilles n’ont pas ma préférence. Mais ici, il s’agit de lentilles sans leur peau (lentilles corail) et bien relevées par le mélange d’épices.

Dahl


Pour 2 personnes :

120 g de lentilles corail
1 oignon
2 petites tomates
1/2 CC de curcuma
2 cm de racine de gingembre
1/2 CC de cumin en poudre
1 pincée de piment en poudre
huile
sel
coriandre

Peler et émincer l’oignon, le faire revenir quelques minutes dans un peu
d’huile.
Saupoudrer de curcuma et cuire encore une minute avant d’ajouter les
lentilles.
Verser 40 cL d’eau, porter à ébullition et cuire doucement à couvert
pendant 1/4 h : presque tout le liquide doit être absorbé et les
lentilles doivent être cuites.
En même temps, faire revenir dans 1 CS d’huile les épices : gingembre,
cumin et piment
.
Ajouter les tomates pelées, épépinées et coupées en cubes, saler et
chauffer 2 min.
Lorsque les lentilles sont cuites, ajouter les tomates épicées, saler, poivrer et
laisser mijoter quelques minutes.
Ajouter la coriandre ciselée et servir.

Travers de porc confits au romarin et à la sauge

J’ai l’habitude de cuire les travers sous le gril du four ou sur le barbecue, mais cette idée de cuisson longue au four m’a tentée et le résultat nous a beaucoup plu : la viande est fondante, bien parfumée et accompagnée d’un jus savoureux.
C’est une recette du dernier numéro de Cuisine et Vins de France, que j’ai un peu modifiée dans les quantités et j’ai ajouté un temps pour faire mariner la viande.
La préparation est très rapide, elle se fait à l’avance, il n’y a plus qu’à glisser le plat au four 1h 3/4 avant de passer à table.

Travers de porc confits au romarin et à la sauge

Pour 3 personnes :

900 g de travers de porc coupé en tronçons
3 CS de miel
12,5 cL de sauce soja
25 cL de vin blanc
branches de romarin
feuilles de sauge
poivre
3 cm de gingembre frais

Disposer les travers côte à côte dans un plat à four de taille adaptée, parsemer de gingembre râpé, sauge et romarin ciselés, poivrer.
Verser le miel, la sauce soja et le vin blanc. Ajouter de l’eau jusqu’à ce que le liquide affleure la viande.
Couvrir et laisser mariner quelques heures.
Cuire sans couvrir au four préchauffé à 210 °C pendant 1h15.
Retourner les morceaux, poursuivre la cuisson encore 1/2 h en baissant le four à 90°C.