Confiture de poires et safran

Voilà une gourmandise qui pourra se glisser dans un panier gourmand à offrir pour les fêtes.
Le safran est bien présent, il vient relever la saveur douce de la poire et donne une superbe couleur à cette confiture.

Confiture de poires et safran

Pour 4 pots :
1 kg de chair de poire (compter environ 1kg 1/2 de poires)
600 g de sucre
0,2 g de safran

Couper la chair de poires en dés, ajouter le sucre et le safran (réduit en poudre s’il est en pistils) et porter le tout à ébullition.
Cuire 1/2h à bon feu en remuant régulièrement.
Mixer grossièrement la préparation au mixer plongeant si on n’aime pas y trouver trop de morceaux (c’est mon cas).
Tester la prise en versant quelques gouttes sur une assiette froide, elle doit figer.
Verser immédiatement dans des pots ébouillantés au préalable, fermer et laisser refroidir.

Confiture d’ananas à la vanille

De retour du marché avec deux gros ananas bien mûrs, après avoir préparé la neige au coulis d’ananas, il me fallait trouver de quoi utiliser le reste. Une petite visite sur la toile m’a inspiré pour les transformer endélicieuse confiture, que j’ai faite à ma façon.

Confiture d’ananas à la vanille


1 kg de chair d’ananas (cela représente un peu plus qu’un gros ananas)
600 g de sucre
jus d’1 citron
1 + 1/2 gousses de vanille

Mettre la chair d’ananas coupée en dés, le sucre, les graines des gousses de vanille et le jus de citron dans une cocotte et porter à ébullition.
Cuire 1/2h à bon feu en remuant régulièrement.
Mixer grossièrement la préparation au mixer plongeant (je n’aime pas trouver de gros morceaux dans la confiture).
Poursuivre la cuisson encore 1/4h jusqu’à ce que la confiture soit prise ; tester en versant quelques gouttes sur une assiette froide, elle doit figer.
Verser immédiatement dans des pots ébouillantés au préalable, fermer et laisser refroidir.

Confiture de rhubarbe, vanille et gingembre

La fin d’année scolaire est toujours une période très chargée, les journées sont bien remplies et trop courtes et je suis trop fatiguée le soir pour venir sur les blogs, y compris le mien. Cette fin de semaine s’annonce tout de même plus calme, j’en profite donc un peu. Voici une confiture qui est une de mes préférées : c’est d’abord l’arôme de vanille que l’on sent même s’il est discret, vient ensuite le mélange rhubarbe-gingembre très agréable.

Confiture de rhubarbe, vanille et gingembre

1 kg de rhubarbe épluchée
700 g de sucre
1 gousse de vanille
15 g de gingembre frais râpé

Couper la rhubarbe en morceaux et laisser macérer avec le sucre quelques heures.
Gratter les graines de la gousse de vanille, puis ajouter graines et gousse de vanille ainsi que le gingembre râpé à la rhubarbe.
Porter à ébullition et cuire 30 min à bon feu.
Vérifier la cuisson en déposant une petite quantité sur une assiette très froide, cuire encore quelques minutes si elle est trop liquide. Oter la gousse de vanille.
Pendant la cuisson, ébouillanter les pots en les plongeant dans l’eau bouillante et en laissant bouillir quelques minutes. Puis, les retourner sur un torchon propre.
Remplir les pots de confiture bouillante et fermer immédiatement.

J’ai essayé également rhubarbe et cardamome  : très bien aussi. J’ai utilisé les graines d’une vingtaine de gousses (pour 1,3 kg de rhubarbe) et je les ai réduites en poudre au moulin à café.

Confiture de Noël

Il est encore temps de préparer quelques douceurs pour Noël, à déguster en famille ou à offrir.
Cette confiture a une saveur exquise, l’orange est délicatement adoucie et parfumée par les épices du pain d’épices. C’est un délice, qui se mange à la petite cuillère …
Je me suis largement inspirée d’une recette trouvée dans “Le pain d’épices” aux éditions du Coq à l’Ane (Reims). Ce petit livre parle admirablement de l’histoire du pain d’épices et nous donne de multiples recettes et utilisations en cuisine salée ou sucrée.
J’ai simplifié la recette d’origine, celle-ci nécessitant deux temps de macération.

Confiture de Noël, orange, pain d’épices et hydromel


1 kg d’oranges à jus
650 g de sucre
175 g de pain d’épices un peu rassis ( maison pour moi, recette ici)
12,5 cL d’hydromel (à défaut, miel + rhum)

Laver soigneusement les oranges et les couper en morceaux.
Ajouter le sucre, mélanger et laisser macérer au frais une nuit.
Le lendemain, mixer le tout, porter à ébullition et laisser cuire 1/2 h en remuant régulièrement.
Pendant la cuisson, émietter le pain d’épices, le faire tremper dans l’hydromel et l’écraser à la fourchette.
Ajouter aux oranges 5 min avant la fin de la cuisson.
Mettre en pots ébouillantés et fermer immédiatement.

Gelées de fin d’été

Voilà 3 ans que je n’ai pas pris le temps d’aller aux mûres. Et cette année, c’est Philippe, libéré de toutes contraintes professionnelles, qui s’est dévoué pour aller à la cueillette. J’ai donc pu faire quelques pots de cette belle gelée très parfumée.
Parmi les ronces, pousse également une vigne sauvage, porteuse de grains noirs à jus rouge, qui donne une gelée délicieusement acidulée.
Ces deux gelées ont été réalisées sans pectine ajoutée.
Pour les mûres, penser lors de la cueillette à ramasser quelques baies encore rouges
qui apporteront de la pectine et favoriseront la prise.
Pour le raisin, il est important de laisser macérer le jus avec les peaux pour une bonne prise.


Gelée de mûres

Déposer les mûres dans un grand faitout.
Chauffer doucement au début, puis à feu moyen, le temps que les fruits libèrent leur jus.
Chinoiser en pressant pour récupérer un maximum de jus.
Ebouillanter les pots et leurs couvercles, les retourner sur un torchon propre, ne pas les essuyer.
Ajouter 700 g de sucre par kilogramme de jus.
Porter à ébullition en remuant de temps en temps jusqu’à ce que la gelée soit prise (15 à 30 min).
Vérifier en en déposant quelques gouttes sur une assiette très froide, elles ne doivent pas couler en penchant l’assiette.
Remplir les pots avec la gelée très chaude, fermer immédiatement et laisser refroidir.

Gelée de raisin

Egrapper le raisin, chauffer les grains et porter à ébullition pendant environ 1/2 h.
Récupérer le jus en chinoisant.
Ajouter le sucre : le raisin étant naturellement très sucré, je compte seulement 500 g de sucre pour 1 kg de jus.
Faire bouillir pendant environ 3/4 h.
Vérifier la prise de la gelée et mettre en pots comme précédemment.