Quand je n’ai plus qu’à mettre les pieds sous la table …

Eh oui, il arrive que Mon Autre, comme l’appelle Dorian, vienne dans Ma cuisine.

En fait, il y est même tous les soirs pour la vaisselle !

Parfois aussi, au bout de quelques heures passées en cuisine, mes plans de travail débordent de partout, les casseroles sales s’accumulent, le lave-vaisselle est à vider, alors Sa main vient efficacement rendre ma cuisine nickel, pendant que je m’en vais faire autre chose. On me dit organisée et pourtant j’ai tendance à ne pas ranger ou nettoyer au fur et à mesure, jusqu’au moment où je ne peux plus faire autrement ! Mais avec le temps je m’améliore ! si, si !! même s’IL n’en est pas persuadé.

IL cuisine aussi volontiers de temps en temps. Quand je travaille le samedi matin, je rentre à midi et demi et là, tout est prêt et même un petit apéro est servi … le week-end commence bien !

Donc chez nous, semble-t-il , tout se passe bien, on cuisine tous les deux, aahhh non !!! c’est là que ça ne va plus !! dans la cuisine, c’est l’un OU l’Autre,  les deux en même temps, c’est …  LUI : “tu es sur mon passage” ou “j’ai justement besoin  de cette casserole” ou “je ne peux rien faire, je n’ai pas la place !”  moi : “attention, tu mets de l’eau par terre” ou “regarde, ça dégouline le long du meuble !”  Alors la solution, c’est chacun son tour dans la cuisine, l’autre s’active ailleurs et tout va bien mieux comme ça !

Et le week-end dernier, pour mon anniversaire, IL m’a proposé de préparer le repas ( sauf le dessert, la pâtisserie c’est pas son truc ). J’ai choisi le menu et … j’ai laissé faire.
Pas si facile ! J’ai pointé mon nez à plusieurs reprises “tu ne veux pas un coup de main ?” “je peux faire quelque chose ?” mais toujours la même réponse “Mais non, je m’occupe de tout !” J’ai quand même pu prendre quelques photos et LE voici à l’oeuvre, en train de dresser les assiettes :

Et voilà le résultat final :

une Verrine fraîcheur, inspirée de la recette de Lucile

 

Des tomates cerise ( pelées s’il vous plaît !, sauf celle pour la déco ), des boules ( faites à la cuillère parisienne ) de melon, concombre, kiwi et aussi de mozzarella ( là, apparemment ça se complique, la consistance ne semble pas s’y prêter, et IL conseille plutôt de couper des cubes ), le tout assaisonné d’huile d’olive, sel, poivre et basilic et réservé au frais.

Un peu de vinaigre balsamique au moment de servir et voilà une entrée très sympathique, colorée, légère et pleine de saveurs qu’IL a accompagnée d’un Sancerre et IL me commente : un Bordeaux cépage Sauvignon ( Graves, .. ) conviendrait aussi très bien.

Lucile met aussi des boules de pastèque, qui doivent rajouter encore de la couleur et de la fraîcheur, pour les chaudes journées … à venir, je l’espère !!

Et ensuite, des St-jacques et langoustines à la vanille et menthe fraîche

Une recette d’une fiche de l’ancien magazine ” La bonne cuisine”, initialement sans St-Jacques, j’en avais encore dans le congélateur que j’avais achetées fraîches cet hiver.

Pour 3 personnes :

12 langoustines
300 g noix de St-Jacques
1 gousse de vanille
feuilles de menthe fraîche
1 oignon
1 carotte
vert de poireau
2 échalotes
bouquet garni ( thym, laurier, persil )
2 CS vin blanc
100 g beurre
huile
sel, poivre

Décortiquer les langoustines à cru, retirer le boyau noir en
incisant légèrement le dessus des queues. Réserver.
Préparer un fumet : concasser les têtes et les pinces
des langoustines et les faire revenir quelques minutes dans un peu d’huile.
Ajouter la carotte en dés, l’oignon et les échalotes
émincés, laisser revenir en remuant.
Ajouter le vert de poireau, le bouquet garni, mouiller à
hauteur d’eau, porter à ébullition et laisser cuire sans couvrir pendant 25
minutes. Chinoiser.
Prélever la moitié du jus et le faire réduire pour qu’il
n’en reste que quelques cuillerées à soupe ( Son commentaire : il n’avait pas autant réduit, et la sauce était un peu trop liquide ). Le restant peut être congelé pour
une autre utilisation.
Ouvrir la gousse de vanille et récupérer les graines.
Faire revenir les queues de langoustines dans une poêle avec
un peu d’huile pendant 1 à 2 minutes, réserver au chaud.
Faire revenir de même les noix de St-Jacques quelques
minutes, réserver au chaud.
Déglacer la poêle avec le vin blanc, mouiller avec le fumet
réduit, ajouter les graines de vanille et incorporer peu à peu le beurre par
petits morceaux en fouettant : la sauce ne doit plus bouillir.
Répartir dans les assiettes les langoustines et St-Jacques
réservées, verser un peu de sauce et parsemer de menthe ciselée.
( elle n’apparaît pas sur la photo car oubliée, IL l’a mise après ).

Une belle association avec la vanille.

 

IL nous a servi cette assiette avec un Chassagne- Montrachet, dont les arômes se mariaient particulièrement bien avec la vanille.

Un petit mot sur le dessert, que j’avais trouvé sur La Tartine Gourmande : des tartelettes à la rhubarbe gingembrée et vanillée

servies avec un Beaumes-de-Venise moelleux : irrésistible !! encore une bien belle association.

Merci à TOI pour cette belle soirée !!


10 réflexions au sujet de « Quand je n’ai plus qu’à mettre les pieds sous la table … »

  1. Et bien dis-moi, IL est très bien cet homme-là. Comme le mien, IL est très efficace pour la vaisselle, même si je vois que je suis un peu plus organisée que toi au niveau du plan de travail.

  2. Zut,

    j’ai oublié de te dire que ce petit menu est tout à fait charmant et sûrement délicieux. MON MIEN par contre ne cuisine pas du tout. Il préfère de beaucoup le ballon oval.
    Bisous. Chrys

    PS : bon anniversaire Joséphine, avec pas mal de retard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *